mânes

mânes

mânes [ man ] n. m. pl.
XVe; lat. Manes, de manus « bon »
Âmes des morts, dans la religion romaine. esprit, lare, 1. ombre. « Aux mânes paternels je dois ce sacrifice » (P. Corneille). Loc. littér. Invoquer, interroger les mânes des ancêtres.

mânes nom masculin pluriel (latin manes) Chez les Romains, âmes des morts, considérées comme des divinités. Littéraire. Aïeux considérés comme vivant dans l'au-delà. ● mânes (difficultés) nom masculin pluriel (latin manes) Orthographe Avec un accent circonflexe sur le a : les mânes. Genre et nombre Ce mot ne s'emploie qu'au masculin pluriel : les mânes paternels.mânes (homonymes) nom masculin pluriel (latin manes) manne nom féminin

Manès (en gr.) ou Mani (en anc. persan)
(v. 216 - v. 273) fondateur du manichéisme. Il se disait le Paraclet (l'incarnation du Saint-Esprit) annoncé par le Messie. Après de longs voyages missionnaires en Asie centrale et en Inde, il rentra en Perse v. 270. Le roi Bahrâm Ier le fit mettre à mort.

⇒MÂNES, subst. masc. plur.
ANTIQ. ROMAINE
A.— Divinités infernales, par opposition aux dieux d'en haut. Dieux mânes, mânes infernaux. Avez-vous rencontré chez les morts le volage Trémigon, comme Didon aperçut Énée dans la région des mânes? (CHATEAUBR., Mém., t. 4, 1848, p. 463).
B.— Esprits des morts, qui étaient l'objet d'un culte privé ou public; en partic., les ancêtres d'une race. Apaiser les mânes irrités (Ac.). Leur intérêt posthume exigeait qu'ils se pourvussent de descendants : car seuls ces descendants pouvaient, au gré de leur croyance, apporter à leurs mânes les repas funèbres (GAULTIER, Bovarysme, 1902, p. 290).
Le séjour des mânes. Le Tartare, séjour souterrain au fond des Enfers.
P. ext., littér. Âmes des morts. Gamelin, la main levée, prit à témoin de son serment les mânes augustes de Marat, martyr de la Liberté (A. FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 114). À propos d'un incident de censure, les journaux, ces jours-ci, volaient au secours de la liberté menacée. On invoquait les mânes de Voltaire et de Diderot (MAURIAC, Bâillon dén., 1945, p. 408) :
— S'il est mort, je mourrai, dit-elle à son père. C'est vous qui serez cause de sa mort... Vous vous en réjouirez peut-être... Mais je le jure à ses mânes, d'abord je prendrai le deuil, et serai publiquement Mme Veuve Sorel...
STENDHAL, Rouge et Noir, 1830, p. 436.
Rem. Dans la lang. poét. on rencontre qqf. le mot au fém. sing. Ériphyle, je viens au fond du noir Tartare. Ne me dédaigne pas, mâne charmante, laisse Brûler devant mes yeux ton antique tristesse (MORÉAS, Ériphyle, 1894, p. 207). Toi, pour qui les dieux du mystère Sont restés étrangers, J'ai vu ta mâne aux pieds légers, Descendre sous la terre (TOULET, Contrerimes, 1920, p. 80).
Prononc. et Orth. :[]. Ac. 1694-1762 : manes, dep. 1798 : mânes. Accent circonflexe non justifié par l'étymol. Peut s'expliquer p. anal. avec âme. Étymol. et Hist. 1488 myth. romaine manes (La Mer des Histoires, I, 53c, éd. 1491 ds Rom. Forsch. t. 32, p. 102). Empr. au lat. Manes « âmes des morts », prob. substantivation du plur. de l'adj. arch. manis « bon », cf. ERN.-MEILLET, s.v. Manes et manis. Fréq. abs. littér. :210. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 503, b) 420; XXe s. : a) 226, b) 102.

mânes [mɑn] n. m. pl.
ÉTYM. 1564; lat. manes. REM. Certains écrivains dont Bossuet, Furetière, Lesage, ont considéré le mot comme féminin, suivant l'usage du XVIe siècle.
1 Hist. Âmes des morts, dans la religion romaine. Esprit, lare (cit. 1), ombre. || Apaiser les mânes d'un mort par un sacrifice (→ aussi Auguste, cit. 5; évoquer, cit. 6).
1 Aux mânes paternels je dois ce sacrifice (…)
Corneille, Cinna, I, 2.
2 (Fin XVIe). Fig. et littér. Âmes des morts.Invoquer, interroger les mânes des ancêtres (cit. 8).
2 (…) je ne puis trop conjurer votre majesté de faire rendre aux mânes de Voltaire, dans l'église catholique de Berlin, les honneurs funèbres que les Welches s'obstinent à lui refuser.
d'Alembert, Lettre au roi de Prusse, 14 avril 1781.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • mânes — mânes …   Dictionnaire des rimes

  • Mánes — Manes bezeichnet: laut Herodot den ersten (mythischen) König von Lydien, siehe Manes (Lydien) den Stifter der historischen Religion des Manichäismus, siehe Mani (Religionsstifter) eine norwegische Band (früher Black Metal, heute experimentelle… …   Deutsch Wikipedia

  • Manes — bezeichnet: laut Herodot den ersten (mythischen) König von Lydien, siehe Manes (Lydien) den Stifter der historischen Religion des Manichäismus, siehe Mani (Religionsstifter) eine norwegische Band (früher Black Metal, heute experimentelle Musik),… …   Deutsch Wikipedia

  • Manes — Mânes  Pour les articles homophones, voir Mane, Manne, Mann, Man et Mahn. Inscription funér …   Wikipédia en Français

  • Manes — puede referirse a: Manes, dioses de la mitología romana. Manes, líder religioso persa del siglo III, fundador del maniqueísmo. Manés, un idioma hablado en la isla de Man. Manés de Guzmán, un beato español. Esta página de desambiguación cataloga… …   Wikipedia Español

  • Manes — MANES, ium. 1 §. Namen. Dieser kömmt, nach einigen, von maneo, ich bleibe, her, weil sie vom ersten Anfange eines menschlichen Leibes an, und selbst nach dessen Tode, bey demselben bleiben, und ihr Vergnügen an ihm haben, wiewohl sie alsdann… …   Gründliches mythologisches Lexikon

  • Manes — Ma nes, n. pl. [L.] (Rom. Antiq.) The benevolent spirits of the dead, especially of dead ancestors, regarded as family deities and protectors. [1913 Webster] Hail, O ye holy manes! Dryden. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Manes — (pl.) Gods of the Lower World, in Roman religion, from L. manes departed spirit, ghost, shade of the dead, deified spirits of the underworld, usually said to be from L. manus good, thus properly the good gods, a euphemistic word, but Tucker… …   Etymology dictionary

  • manés — Manés, id est, les ames sorties des corps humains, Manes, manium, manibus …   Thresor de la langue françoyse

  • manes — MANES. s. m. pl. Nom que les anciens donnoient à l ombre, à l ame d un Mort. Polixene fut sacrifiée aux manes d Achille. On s en sert encore quelquefois en Poësie, & dans le stile sublime …   Dictionnaire de l'Académie française

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”